L’importance de la FoodTech en France

Avec Deliveroo, UberEats ou plus récemment Vizeat le secteur de l’alimentation prend un nouveau tournant ces derniers mois. L’enjeu est de taille : révolutionner les pratiques et modes de consommation alimentaires, donner plus de place au particulier et à la proximité mais aussi diversifier les produits. Focus sur cette économie qui se développe tout particulièrement en France.

Le secteur de la FoodTech conquiert le monde mais il y a un pays ou l’attractivité et le potentiel de développement sont notables : La France. Cette dernière, dont le repas gastronomique a même été inscrit en 2010 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, revendique un rôle particulier en matière de nourriture. Par ailleurs les acteurs du secteur multiplient les levées de fond mais aussi l’expansion de leurs systèmes (plus de 3000 restaurants répertoriés pour Deliveroo dans 17 villes du Pays). La FoodTech à donc toute sa place dans la paysage culturel et économique du pays.

La FoodTech est un secteur porteur qui doit répondre à des exigences de qualité et de découverte.

Aujourd’hui les consommateurs se posent des questions quant à leur alimentation, aux pratiques industrielles et agricoles. La multiplication des scandales sanitaires, le retour à des modes de consommation de proximité, les nouvelles générations prenant le pas avec une plus grande vigilance aux enjeux écologiques… Tous ces facteurs donnent lieu à l’élaboration de nouveaux systèmes de production et de consommation alimentaires.

En outre, l’exigence de l’expérience et de la découverte est grandissante dans l’hexagone. Tout d’abord par tradition, car le bien-manger est au cœur des habitudes alimentaires Françaises. Lorsqu’un Américain ou un Espagnol se donnent 15 minutes pour déjeuner, le Français y passe 30 minutes en moyenne. Les nouveaux enjeux éthiques, écologiques et sanitaires donnent lieu à des habitudes alimentaire de type Bio, Vegan ou Végetariennes qui s’accélèrent ces dernières années.

Ce double enjeu envoie un signal aux startups FoodTech qui se multiplient (60 nouvelles « pépites FoodTech » enregistrées chez PépiteTech) et devront répondre à ces nouvelles exigences Françaises.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *